You are here
Home > Une

#3 : Esprit France, es-tu là ? (octobre 2015)

Partager

Commandez BOUSSOLE #3 : Esprit France, es-tu là ?

Au sommaire :

SOCIETE
1- L’art de la conversation à l’ère de l’iphone, par Gracy OLMSTEAD

2- A Ornières, on se maintient ! Une nouvelle de Stella d’AVRIGNY

3- La maison Lorgeril, par Etienne de LA ROCHERE

4- « L’école catholique m’a donné l’amour de la France », par Hayette HAMIDI

5- La mère-patrie ou l’amère patrie ? Par Pascal MARGUERITTE

6- Mais où sont donc passés nos trains d’antan ?  Par Benoît DUTEURTRE

7- Et si on rejouait la comédie ? Par Thomas HERVOUET

8- La France au risque de l’identité, avec Laurent BOUVET et Lpouis MANARANCHE

ECONOMIE

9- EXPOFRANCE 2025, par Jean-Christophe FROMANTIN

10- Le goût du risque, par Geoffroy ROUX DE BEZIEUX

11- Pour un patriotisme économique ouvert, par Pierre-Yves GOMEZ

12- Chasser le démon de midi puis rebondir, par Arnaud BOUTHEON

13- Le miracle de l’eau, par Philippe de ROUX

POLITIQUE

14- « Je rêve de vivre une révolution » par Augustin PALUEL-MARMONT

15- Culture et identité font sens commun, avec François-Xavier BELLAMY et Madeleine de JESSEY

16- France, fille libéré de l’Eglise, par Bruno JOUBERT

CULTURE

17- Québec, le paradoxe des identités, par Mathieu BOCK-COTE

18- Etre Français, c’est être classique ? Par Jean-Baptiste WEPHRE

19- « Vous êtes l’esprit français dans un bas de soie », par Eric SCHELL

20- Recette pour réussir un atelier philo, par Sabine d’HARDIVILLIERS

20- La bibliothèque de Chantal Delsol, par Etienne de LA ROCHERE

21- Un artiste engagé : David LOPEZ RIBES

ART DE VIVRE

22-  Coubertin ou l’esprit sportif, par François MORINIERE

23- Ferme Idiarta, avec Alin DUCASSE, Camille LABRO et Romain MEDER

24- Saint Martin, paradis exotique ou trésor de charité ? Par Jean-Rémi LANAVERE

25- La ville en question(s), avec Jean-Baptiste et Jean-Marie DUTHILLEUL

REPORTAGE

26- Quatre couchettes pour trente-trois heures de trajet, par Antoine BESSON

NOUVELLE

27- Un chant sous le Water Tank, par Bertrand GALIMARD-FLAVIGNY


L’édito de Bruno JAUFFRET 

Dans un monde en profonde mutation, où les cartes sont largement rebattues, notre avenir est entre nos mains. Quelle place souhaitons- nous avoir dans le monde ? Quel modèle de société voulons-nous bâtir, vivre et transmettre aux générations futures ?

Comme dans toute tourmente, certains tendent à gémir, à se replier sur eux-mêmes et à subir avec fatalisme un déclin politique, économique, culturel et moral présenté comme inéluctable par les prophètes du malheur. Au contraire, dans ce numéro, Boussole donne la parole à celles et ceux qui ont choisi en France de se relever les manches et de transformer en opportunité ce moment de crise que nous traversons, de revisiter notre modèle de société pour bâtir un nouvel humanisme adapté à notre temps.

Pourquoi l’esprit français ? Parce que la France n’est pas une abstraction. Elle est le fruit bien réel d’une sédimentation d’histoires personnelles et collectives. Parce qu’un tel projet ne pourra devenir une aventure collective que s’il est porté par des femmes et des hommes avec des racines (qui grandissent dans une terre) et des ailes, animés par un soufle et désireux de faire vivre un esprit ouvert, audacieux, ancré dans une tradition riche, capable d’évoluer et de s’enrichir d’apports extérieurs quand ils vont dans le bon sens.

On se moque volontiers de notre esprit français. Certains l’exagèrent, d’autres vont jusqu’à le nier. Pourtant, il façonne un peuple. Nous ne sommes ni meilleurs ni pires que les Allemands, les Anglais, les Italiens, les Espagnols, les Grecs ou les Polonais. Nous sommes français, avec nos racines, notre culture, notre géographie, notre caractère, notre gastronomie, notre sens de la convivialité, qui influencent le regard que nous portons sur le monde, les relations humaines et le sens de la vie ; mais aussi notre façon d’envisager l’avenir, d’entreprendre, de vouloir partager un universel, de nous dépasser…

Ensemble, réfléchissons à ce qui fonde l’esprit français. Il ne s’agit surtout pas de faire de l’autosatisfaction, et encore moins de sombrer dans une déprime mortifère. Tant s’en faut. Il s’agit d’abord de prendre conscience de nos forces, mais aussi de nos limites, et d’imaginer quelle place la France doit prendre dans le monde, et comment les Français peuvent, à leur manière, promouvoir un modèle original, attractif, favorisant le développement intégral de la personne.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Top